Government Relations

Update on S-2 - Vehicle Recall Legislation

Dear Dealer,

On March 1, 2018, the Governor General signed into law Bill S-2, commonly known as vehicle recall legislation. This event marks the official passing into law of this important piece of legislation, which CADA has been involved with for nearly two years since it was originally introduced in the Senate in 2016.

The essence of the bill grants the power to the federal Minister of Transport to directly order vehicle recalls when a safety issue is identified. However, CADA also sought – through an amendment in the Senate in 2016 – to enhance protections for dealers in the bill. Today’s passage into law of the amended bill represents a victory for CADA and enhanced protections for dealers in future recall situations.

In addition to granting the Minister the direct power over recalls, the bill as signed into law today contains dealer-specific provisions to protect dealers in the event of a government-mandated recall under S-2:

  • It ensures no new responsibilities or liabilities for dealers in the recall process;
  • It ensures that manufacturers remained fully responsible for recalls;
  • It contains a buyback provision – at dealer cost – when there is no fix under a recall situation, and;
  • It recognizes that dealers are free to pursue manufacturers for reimbursement for direct costs such as inventory carrying costs incurred during long-lasting recalls for which a fix is not immediately available.

Recalls, as we all know, have been steadily increasing in frequency in recent years as vehicles become more complex and as manufacturers have improved systems for identifying recall-worthy events. This will continue to be the case after the passage of S-2, even if, as expected, government-mandated recalls will be the exception and not the rule in the industry. This bill provides protections for dealers in these increasingly frequent events by explicitly stating that manufacturers are responsible for the process, and by not imposing any further liabilities on dealers for recall processes. As such, dealers should applaud the passage of this bill and the process that resulted in its significant improvement.

Finally, CADA would like to recognize and thank the more than 1,500 dealers across the country who engaged in this bill’s progress at key points throughout the process by reaching out to their Senators and Members of Parliament to stress the importance of adding the provisions to the bill listed above. Without that support we would not have been as successful as we were in improving this important piece of legislation for our industry.

Message from the President: Update on S-2 – Vehicle Recall Legislation

February 6, 2018

On behalf of more than 3,200 new vehicle dealers across Canada, we would like to thank the Senate for the leadership it has shown on Bill S-2, an important piece of legislation for Canadian consumers and for the automotive industry. The process that has brought us to where we are today on this Bill demonstrates how careful deliberation in both houses of Parliament can improve legislation for all Canadians.

CADA supports bill S-2 as amended by the House of Commons.

In 2016 the Senate amendment to S-2 sought to accomplish several objectives. They were:

  • Ensuring no new obligations for the recall process for vehicle dealers under the Act;
  • Ensuring manufacturers continued to be responsible for the recall process;
  • Extending to dealers a vehicle buyback provision at the invoice price in the event of a long-lasting recall for which a fix is not immediately available, and;
  • Compelling manufacturers to reimburse dealers for carrying costs for inventory in the event of long-lasting recalls which render dealer inventory unsellable for extended periods of time.

The amendment passed by the House of Commons accomplishes most of these objectives, and as such CADA supports S-2 in its current version, as passed by the House of Commons.

We hope that this important consumer and road safety bill becomes law in a timely manner.

CADA is happy to participate in any Senate hearings that may take place on S-2 when it returns to that chamber before what we hope is its eventual passage into law.

CADA and more than 3,200 new vehicle dealers across Canada would like to thank all members of the Senate and House of Commons for the instructive and positive process that has brought us to this point on S-2. Dealers from all over Canada engaged on this important issue for the auto industry and for consumers, and as such, we have an improved version of the Bill we hope becomes law very soon.

With kind regards,
John White
President and CEO Canadian Automobile Dealers Association

Message from the President: Update on S-2 – Vehicle Recall Legislation

September 29, 2017

This week, CADA will be appearing at the House of Commons Transport Committee as an expert witness as the committee considers Bill S-2, commonly referred to as recall legislation. The bill grants the Minister of Transport direct power over vehicle recalls.

CADA has supported this bill in principle since its introduction in 2016 in the Senate. We have also proposed dealer-friendly amendments to the Bill which continues to proceed through the legislative process. We would like to thank all dealers for their support in this process. Hundreds of you reached out to Senators to help pass our amendment last year, and without this support it would not have been possible. The issue remains top-of-mind in the public and among lawmakers. It also continues to earn significant media attention.

With more and more recalls taking place in Canada, a smooth process is of ever-greater importance to the OEM-dealer-consumer relationship in our industry. As dealers, we must remember that recalls will continue to increase in frequency and require even more diligence on the part of dealerships and all service staff.

If passed, S-2 is likely to lead to more – not fewer – recalls in future. As dealers we will continue to be a vital player in all future recall processes. The importance of checking for outstanding recalls every vehicle that comes to your dealership for service will continue to increase with more cars on the road and more recalls being issued. Making the process as easy as possible for the consumer while ensuring all fixes are made is of vital importance.

We will continue to keep you up-to-date on the progress of S-2 as it makes its way through legislative process in Ottawa. Thank you for your support in this important cause!

Recall Legislation (Bill S-2)

CADA is supporting Bill S-2 (An Act to Amend the Motor Vehicle Safety Act), which is new legislation that is going through Parliament. Bill S-2 would give the Minister of Transportation the authority to order manufacturers to correct a defect or a non-compliance, and enforce a penalty structure for offences. Similar legislation exists in the United States through the National Highway Traffic Safety Administration.

The biggest difference between what is being proposed in Canada and the existing U.S. legislation is that in the U.S., there are provisions to ensure that dealers receive compensation in similar circumstances.

This means:

  • Manufacturers are obligated to either repurchase vehicles subject to defect recalls or to provide a remedy for dealers to implement immediately;
  • manufacturers must also compensate dealers with an additional 1% of the price they paid for such vehicles, per month, prorated from the receipt of the notice until the vehicle is repurchased or the remedy is implemented; and
  • compensation for parts and labour associated with the remedy.

What Dealers Want

Dealers welcome this new legislation in Canada but urge Parliament to give Canadian auto dealers the same benefits that are afforded to U.S. auto dealers.

It is unfair for auto dealers to take a loss in profits and to have vehicles depreciating in their lot when the problem lies with the manufacturer.

Automakers consistently and rightfully seek to harmonize with American automotive legislation and regulations. Harmonization in this case makes sense and is fair to dealers and consumers.

Relations gouvernementales

Mise à jour au sujet du projet de loi S-2 sur le rappel de véhicules

Madame, Monsieur,

Le 1er mars 2018, la gouverneure générale a donné la sanction royale au projet de loi S-2, communément appelé loi sur le rappel de véhicules. Cet événement marque la promulgation d’une loi importante, un dossier auquel la CADA a pris part pendant près de deux ans, depuis le dépôt du projet au Sénat en 2016.

Essentiellement, ce projet de loi confère au ministre des Transports fédéral le pouvoir d’ordonner directement le rappel de véhicules quand un problème de sécurité est découvert. Cependant, la CADA a aussi voulu, par un amendement présenté au Sénat en 2016, que le projet de loi protège davantage les concessionnaires. L’adoption du projet de loi amendé représente une victoire pour la CADA et une protection accrue pour les concessionnaires lors de rappels futurs.

En plus d’accorder au ministre l’autorité de déclencher des rappels, le projet de loi S-2 promulgué aujourd’hui contient des dispositions propres aux concessionnaires, afin de les protéger advenant un rappel ordonné par le gouvernement :

  • Il fait en sorte qu’aucune nouvelle responsabilité n’incombera aux concessionnaires durant le processus de rappel;
  • Il assure que les constructeurs demeurent entièrement responsables des rappels;
  • Il contient une clause de rachat des véhicules, au prix concessionnaire, quand aucune réparation n’est disponible pour les véhicules rappelés; et
  • Il reconnaît que les concessionnaires ont le droit de poursuivre les constructeurs pour se faire rembourser les coûts directs engagés, notamment pour la tenue en stock de véhicules lors d’un rappel qui traîne en longueur et pour lequel un correctif n’est pas immédiatement disponible.

Comme nous le savons, la fréquence des rappels augmente de façon constante depuis quelques années : les véhicules deviennent plus complexes et les constructeurs ont amélioré les systèmes de détermination des défaillances qui entraînent un rappel. Cette situation ne changera pas après l’adoption du projet de loi S-2, même si l’on s’attend à ce que les rappels ordonnés par le gouvernement soient l’exception et non la règle dans l’industrie. Ce projet de loi prévoit des protections pour les concessionnaires lors de ces événements de plus en plus fréquents en stipulant expressément que les constructeurs sont responsables du processus et en n’imposant aucune autre responsabilité aux concessionnaires dans le processus de rappel. C’est pourquoi ces derniers devraient se réjouir de la promulgation du projet de loi et reconnaître le processus qui a mené à son amélioration considérable.

Enfin, la CADA tient à remercier de leur contribution les plus de 1 500 concessionnaires canadiens qui ont participé à la progression de ce dossier à des étapes clés du processus. Ils ont insisté auprès de leurs sénateurs et de leurs députés sur l’importance d’ajouter les dispositions ci-dessus au projet de loi. Sans cet appui, nous n’aurions pas connu autant ce succès et réussi à améliorer cette loi importante pour notre industrie.

Message du président : Mise à jour au sujet du projet de loi S-2 sur le rappel de véhicules

Le 6 février 2018

Au nom des plus de 3 200 concessionnaires de véhicules neufs du Canada, nous aimerions remercier le Sénat pour le leadership dont il a fait preuve dans le dossier du projet de loi S-2, une loi importante pour les consommateurs canadiens et pour l’industrie automobile. Le processus qui nous a menés à cette issue montre comment des délibérations consciencieuses dans les deux chambres du Parlement peuvent améliorer une loi pour tous les Canadiens.

La CADA appuie le projet de loi S-2 tel qu’il a été amendé par la Chambre des communes.

En 2016, l’amendement apporté par le Sénat au projet de loi S-2 visait plusieurs objectifs :

  • Veiller à ce qu’aucune nouvelle obligation à l’égard du processus de rappel ne revienne aux concessionnaires en vertu de la Loi;
  • S’assurer que les constructeurs demeurent responsables du processus de rappel;
  • Prévoir pour les concessionnaires une clause forçant les constructeurs à racheter les véhicules au prix facturé advenant un rappel qui traîne en longueur et pour lequel un correctif n’est pas immédiatement disponible et;
  • Obliger les constructeurs à rembourser aux concessionnaires les coûts engagés lorsqu’ils se retrouvent avec des stocks invendables pendant une longue période.

L’amendement voté par la Chambre des communes représente une victoire sur la plupart de ces fronts, et c’est pourquoi la CADA appuie le projet de loi S-2 dans sa version actuelle, tel qu’adopté par la Chambre.

Nous espérons que ce projet de loi important pour les consommateurs et la sécurité routière prendra effet sans tarder.

La CADA est heureuse de participer à toute audience du Sénat qui pourrait se tenir au sujet du projet de loi S-2 à son retour en Chambre, avant sa promulgation éventuelle.

La CADA et plus de 3 200 concessionnaires de véhicules neufs du Canada tiennent à remercier les membres du Sénat et de la Chambre des communes pour le processus instructif et positif qui nous a amenés jusqu’ici dans ce dossier. Les concessionnaires de partout au pays ont pris part à ce processus important pour l’industrie automobile et les consommateurs, et c’est pour cette raison que nous avons maintenant une version améliorée du projet de loi qui, nous l’espérons, entrera en vigueur très bientôt.

Salutations amicales.
John White
Président et chef de la direction
Corporation des associations de détaillants d’automobiles

Message du président : Mise à jour au sujet du projet de loi S-2 sur le rappel de véhicules

Le 29 septembre 2017

Cette semaine, la CADA se présentera devant le Comité des transports de la Chambre des communes en tant que témoin expert alors que le Comité étudie le projet de loi S-2, communément appelé loi sur les rappels. Le projet de loi donne au ministre des Transports le pouvoir direct de déclencher des rappels de véhicules.

La CADA appuie en théorie ce projet de loi depuis sa présentation au Sénat en 2016. Elle a également proposé des modifications favorables aux concessionnaires pour le projet de loi, qui continue de faire son chemin dans le processus législatif. Nous tenons à remercier tous les concessionnaires de leur appui dans ce dossier. Des centaines d’entre vous ont communiqué avec des sénateurs pour nous aider à faire adopter nos propositions l’an dernier, ce qui n’aurait pas été possible sans ce soutien. Le dossier demeure très présent à l’esprit du public et des législateurs. Il continue également de recevoir beaucoup d’attention des médias.

Compte tenu du fait que la fréquence des rappels au Canada va croissant, un processus sans heurts est d’une importance primordiale pour la relation entre constructeurs, concessionnaires et consommateurs dans notre industrie. Les concessionnaires ne doivent pas oublier que les rappels iront en se multipliant et exigeront une diligence accrue de la part des concessions et de tout le personnel du service après-vente.

S’il est adopté, le projet de loi S-2 se traduira probablement par une hausse, et non une baisse, des rappels à l’avenir. En tant que concessionnaires, nous continuerons de jouer un rôle crucial dans tout processus de rappel futur. Il sera de plus en plus important de vérifier si les véhicules qui visitent votre concession pour un entretien ou une réparation font l’objet d’un rappel. Il y a plus de véhicules en circulation, ce qui fera augmenter la fréquence des rappels. Il est essentiel de rendre le processus aussi facile que possible pour le consommateur et de s’assurer que toutes les réparations sont effectuées.

Nous vous tiendrons au courant de la progression du projet de loi S-2 à Ottawa. Merci de votre soutien à cette cause importante!

Texte législatif sur le rappel de véhicules (projet de loi S-2)

La CADA appuie le projet de loi S-2 (Loi modifiant la Loi sur la sécurité automobile), qui est un nouveau projet de loi en cours d’adoption. Le projet de loi S-2 donnerait au ministre des Transports le pouvoir d’obliger les constructeurs à corriger une défectuosité ou un problème de non-conformité, et d’appliquer une structure de pénalités pour les infractions. Il existe une loi semblable aux États-Unis, administrée par la National Highway Traffic Safety Administration.

La grande différence entre ce qui est proposé au Canada et la loi américaine existante est que celle des États-Unis comprend des dispositions visant à faire en sorte que les concessionnaires reçoivent une indemnité dans des circonstances semblables.

Ceci signifie :

  • que les constructeurs sont tenus de racheter les véhicules qui font l’objet d’un rappel dû à une défectuosité ou à fournir aux concessionnaires une solution à appliquer immédiatement;
  • que les constructeurs doivent aussi payer aux concessionnaires une indemnité additionnelle de 1 % du prix qu’ils ont payé pour ces véhicules, par mois, au prorata à partir de la date de la réception de l’avis jusqu’à ce que le véhicule soit racheté ou que la solution soit appliquée; et
  • qu’il y a une indemnité pour les coûts des pièces et de la main-d’œuvre associés à la solution.

Ce que demandent les concessionnaires :

Les concessionnaires sont en faveur de cette nouvelle loi au Canada, mais ils pressent le Parlement d’accorder aux concessionnaires d’automobiles canadiens les mêmes avantages que leurs homologues américains.

Il est injuste que les concessionnaires d’automobiles perdent des profits et que les véhicules perdent de leur valeur sur le terrain quand le problème vient du constructeur.

Les constructeurs ont systématiquement et avec raison tenté de s’aligner sur les lois et règlements automobiles en vigueur aux États-Unis. Dans ce cas, l’harmonisation est logique et juste pour les concessionnaires et les consommateurs.